Rencontre avec Gaia

Pilotes in station - illustration
Credits: illustration from CCP (The Prophecy trailer)

-- Bordure extérieure / système DO6H-Q / 05:30, heure locale --

Ryanis se posa doucement dans le hangar, prenant garde à garder une large distance de sécurité avec le vaisseau le plus proche. La dernière fois, une frégate de classe Harpie lui avait laissée une énorme rayure en décollant... Il lui avait fallu deux heures pour retrouver le pilote et lui faire repeindre la carlingue avec une brosse à dent pour lui inculquer un minimum de respect...

Elle passa rapidement les porte de la coursive qui devait être déserte à cette heure, à l'exception de l'équipe de sécurité.

Tien, ne serait-ce pas la petite soeur de Saya ?

Au niveau du cordon de sécurité, Gaia essayait effectivement de convaincre les gardes de la laisser passer... sans grand succès.

Les deux gardes la toisaient de haut dans leur armure de combat qui leur accordait facilement une tête de plus que leur vis-à-vis. Les imbéciles. Ils n'avaient aucune chance d'impressionner une capsuleer immortelle et habituée à côtoyer des vaisseau de guerre disposant d'une puissance de feu bien plus terrifiante.

Probablement des bleus. Pas très malins qui plus est.

Gaia's portrait
Gaia from EvE rendering

— Laissez la passer.

Elle était plutôt pressée, mais les jeunes gardes ne l'entendaient pas de cette oreille.

— Ah oui ? Et tu es qui toi ? gronda le plus jeune.

Il approcha de Ryanis en roulant des épaules, relevant innocemment le canon de son arme. Mais contrairement à ce qu'il espérait, Ryanis ne recula pas. A vrai dire, elle ne bougea même pas d'un cil. En revanche, son regard s'assombrit dangereusement et le garde recula précipitamment de quelques pas d'un air beaucoup moins assuré.

Un lieutenant déboucha à cet instant d'un couloir annexe et avisa la situation d'un coup d'oeil. Sa voix de Stentor retentit presque immédiatement :

— Gimshit ! Mégodas ! Faites ce qu'elle vous dit et vous avez intérêt à vous remuer !

Si Ryanis avait suivi l'arrivé du gradé du coin de l'oeil, les soldats, eux, sursautèrent comiquement dans leur lourde armure.

— Mais, chef, elles n'ont —

— Ca suffit ! Si tu avais ne serait-ce qu'un dixième de l'attention d'un poisson rouge, tu remarquerais immédiatement le badge de sécurité qu'elle porte au bras.

A la vue du-dit badge, relativement petit et discret pour sa défense, le garde blêmit. Le badge n'indiquait aucune rang, mais les personnes disposant d'un badges de niveau platine se comptaient sur les doigts d'une main. Ils donnaient accès aux salles les plus secrètes et protégées de la citadelle. Naturellement, personne n'avait eu besoin d'en fournir un à Ryanis.

Ryanis traversa le cordon de sécurité d'un pas décidé, accordant tout juste un signe de tête à l'officier (qui n'en menait pas large non plus, malgré les apparences). Elle se retourna et indiqua Gaia d'un geste vif qui fit sursauter le garde le plus proche et tira un sourire à son auteur.

— Elle aussi.

Les gardes s'écartèrent de mauvaise grâce devant Gaia qui eut la sagesse de ne pas envenimer la situation. Heureusement, elle n'avait pas le même tempérament que sa soeur. Quoi que Ryanis n'y aurait sans doute rien trouvé à redire : la scène avait mis sa patience, ou plutôt son absence, à rude épreuve.

Quelques mètres plus loin, après un coude du couloir, Ryanis oublia l'incident et reporta son attention sur Gaia, pour le plus grand damn de cette dernière.

Saya's portrait
Saya from EvE rendering

— Tu cherches Saya ?

Devant l'air étonné de la petite soeur, elle ajouta :

— Oui, je sais qui tu es Gaia. Sinon, je ne t'aurais pas laissé passer la sécurité.

— Tu connais Saya, soupira-t-elle en haussant les épaules. Elle était censée venir me chercher, mais je risque de l'attendre encore un moment.

— Ca peut s'arranger. Je connais sa cabine.

— Non. Il faut d'abord que je demande le déchargement du paquet de Saya.

Ryanis se souvint qu'elle avait une solide réputation de transporteur, y compris en zone dangereuse.

Hum... si je lui faisais confiance, peut-être qu'elle pourrait récupérer le paquet...

— A cette heure ? Aucune chance ! Il faudrait attendre au moins une bonne heure et demi pour que les premiers dockers arrivent. On n'est pas à Jita.

Étonnamment, Ryanis aimait bien Gaia. Elle lui rappelait une vieille amie.

— Si tu veux, je t'offre un verre en attendant.

— Ah non, sans toi, je serais toujours en train de négocier avec ces imbéciles de gardes. Donc c'est moi qui te paie un verre.

— Si tu veux, répondit Ryanis en haussant les épaules, pourvu que ce ne soit pas le tord-boyau que boit Saya.

Gaia lui lança un regard torve. Visiblement, en terme d'alcool, les deux soeurs avaient les mêmes goûts. Pourtant, le breuvage était purement infect.

* * * * *

Environ une heure plus tard, elles discutaient à bâtons rompus. Étant toutes deux d'un naturel prudent, la discussion avait eu du mal à démarrer, mais les nouvelles technologies et l'informatique avait rapidement déliés les langues. L'alcool avait sans doute aidé un peu aussi.

Pub illustration
Credits: illustration from CCP

— Plus sérieusement Gaia, n'essaie plus d'espionner les réunions de Beyond. Il y a peu de chances qu'ils s'en rendent compte sur le coup, mais tu pourrais avoir de gros ennuis par la suite. Nove est plutôt doué pour maquiller des "accidents" en particulier.

Gaia lui fit les gros yeux.

— Oui, je sais que vous nous espionnez. Activer et se connecter au réseau sans-fil des caméras est ingénieux, mais c'est plutôt visible pour qui s'y intéresse.

— Et tu ne nous as pas dénoncés ?

— Non. Après tout, ils l'avaient bien cherché. Oh, tant que j'y pense, mets aussi à jour les pilotes réseau sur tes machines, ajouta-t-elle avec un sourire espiègle. Ca évitera qu'on te pique toutes tes données à cause d'un bête buffer overflow.

A ces mots, Gaia se releva brusquement, l'air beaucoup moins amusée.

— Alors c'était toi !

Puis elle éclata de rire en se rasseyant.

— Et je me suis fais avoir sur une bête mise à jour de drivers... merde !

Un peu plus loin, le barman soupira et retourna derrière son comptoir en maugréant contre "les pilotes incapables de tenir l'alcool et qui risquaient de déclencher une rixe dans son bar à tout instant".

— Le reste était plutôt bien foutu. Ca faisait longtemps que je n'avais pas autant galéré à percer un système. C'était amusant. Tu peaufines les détails et on recommence ?

La remarque tira un sourire mi-figue, mi-raisin à Gaia qui finit par reprendre un air sérieux.

— Ces données sont très importantes pour nous. A qui les as-tu transmises ?

— Personne, promit Ryanis avec un geste rassurant. Je ne fais pas ça pour l'argent et je devais juste m'assurer que vous ne prépariez rien contre Beyond Frontier.

Elle se remémora la tête de JFken quand elle lui avait refusé l'accès aux données.

— Mais puisque la discussion est sérieuse, j'aurais une mission pour toi. Confidentiel.

— Ah ? Quel genre ? Il y a une récompense intéressante.

Forcément, elle ne perd pas le nord.

— Le paiement est plus que correct. C'est Nove qui paie, même s'il ne le sait aps encore. Elle vit Gaia sourire à la mention du nom. Si tu réussis, je te dégote aussi un accès permanent à la Fortizar ainsi qu'une cabine personnelle. Il s'agit d'un transport classique, mais je crains que la cargaison n'attire quelques... curieux.

Le pad de Ryanis bipa brièvement. Elle y jeta un coup d'oeil, puis ajouta :

— Je dois te laisser. Prends le temps de réfléchir et laisse moi un mail si tu es intéressée.

Sur ce, elle salua distraitement, puis partit d'un bon pas.